Les jeunes débordent d’imaginations. Des idées novatrices inondent leurs pensées et mettent leur cerveau en ébullition. Pourtant, ils peinent à les concrétiser par manque de moyens budgétaires. L’absence de fond de départ n’est cependant pas un obstacle au développement d’un projet. Nombreuses sont les solutions pour créer une entreprise même sans argent, les voici.

Rédiger un business plan en béton

Le business plan est le b.a -ba de la création d’entreprise. La feuille de route couche sur papier vos ambitions, vos freins et vos perspectives d’avenir. Elle souligne la maturité de votre projet. Sa rédaction est un travail de longue haleine, mais peut être effectuée par vos soins. Vous y apportez votre touche personnelle. Le document détermine le succès de votre recherche de financement. En effet, il constitue le point culminant qui permettra une éventuelle levée des fonds. Le business plan met en lumière l’identité de votre startup, la raison de votre activité, les processus de mise en route et la stratégie de développement. Son élaboration nécessite une étude de marché. L’enquête confirme l’existence d’une opportunité commerciale. L’opération évalue aussi les attentes des consommateurs et donne un aperçu de l’emprise de la concurrence.

Estimer vos besoins en ressource

Estimez et précisez vos besoins matériels et vos besoins humains pour concevoir votre MVP dans votre prévisionnel financier. Bien que sans trésorerie, vous possédez déjà un capital matériel qui servira dans la mise en valeur du projet auprès des investisseurs. Étudiez vos besoins en mains-d’œuvre. Dans un premier temps, contentez-vous de vos compétences. À mesure que votre projet avance et en fonction de votre prévisionnel financier, lancez une campagne de recrutement. Le lancement d’une entreprise implique des frais annexes : assurance, terminal de paiement, compte bancaire, entretien des locaux… Ces détails peuvent attendre avant d’avoir obtenu les fonds suffisants.

Choisir le bon statut juridique

Toutes les formes juridiques autorisent la création d’une entreprise sans un capital social, à l’exception de la Société Anonyme. Nous ne traitons ici que de quelques notions, retrouvez un article plus complet sur conseils-pme. Votre situation de départ et votre disposition à vous associer détermineront votre choix. Si vous êtes seul, optez pour le régime simplifié de la micro-entreprise : EURL (Entreprise individuelle à responsabilité limitée). D’ailleurs, ce statut inscrit votre activité au RCS gratuitement. Si vous vous lancez à plusieurs (ou si vous y songez dans un avenir proche), adoptez le statut SARL (Société anonyme à responsabilité limitée), le statut SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) ou le statut SAS (Société par actions simplifiée). À noter que la création d’une société à 2 ou à plusieurs requiert le paiement de frais de constitutions allant de 350 à 500 euros.

Partir à la conquête du monde numérique

Pour propulser votre activité sur le devant de la sphère médiatique sans dépenser un sou, misez sur une présence en ligne. Internet offre une opportunité de visibilité gratuite. Une présence numérique signifie la création d’un site internet. Le logiciel de CMS (Content management system ou système de gestion de contenu) tel que WordPress vous aidera dans cette tâche. L’outil 100 % gratuit monte un site de A à Z. Il dispose d’une communauté en ligne en mesure de répondre à vos problématiques. Pour gagner la confiance de votre audience, alimentez votre site de manière régulière avec des contenus riches en informations. Les réseaux sociaux représentent un tremplin pour votre activité. Ils vous ouvrent les portes d’un monde virtuel composé de milliards de consommateurs connectés. Interagissez avec vos cibles, gagnez leur sympathie et faites-vous une place dans le marché numérique.

Prétendre aux dispositifs d’aides

Vous pouvez prétendre aux aides à la création d’entreprise, comme :
  • NACRE ou Nouvel accompagnement à la création d’entreprise ;
  • ACRE ou Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise :
  • ARCE ou Aide à la reprise ou création d’entreprise ;
  • JEI – JEU ou aides aux Jeunes entreprises innovantes ou jeunes entreprises universitaires.
La Love Money (littéralement argent de l’amour) consiste à impliquer vos proches dans votre projet et à les soutirer les fonds nécessaires. D’ailleurs, les contribuables qui participent à la création de PME obtiennent une réduction de l’ordre de 25 % du taux d’intérêt sur le crédit d’impôt. La dernière option est de recourir au crowdfunding ou le financement participatif. Il s’agit d’un système de versement de fonds anonymes au service de l’entrepreneuriat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *